Les Palais et Patios de l’Alcazar de Séville (5/5)

Le Palais Gothique de l’Alcazar

Sa construction fut ordonnée en 1254 par Alphonse X, à qui il servait de Cour. Il est l’illustration de la description faite par le livre second du Code des « Siete Partidas » (Sept Partie : corpus législatif établi sous le règne d’Alphonse X) du palais royal mettant en évidence un caractère publique en opposition avec le caractère intime des palais islamique.

On y accède depuis le Patio del Crucero ou depuis les escaliers existants dans le Patio de las Doncellas. Le Palais soufra en 1755 du tremblement de terre de Lisbonne, et l’on du réaliser d’importantes restructurations qui lui donnèrent par la suite une touche baroque. La façade qui donne sur le Patio del Crucero est un portique réalisé par Sebastián Van der Borcht.

Azulejos-du-sala-gotica-alcazar-seville

Azulejos de la salle gothique

Sa construction date du XIIème siècle, à l’époque almohade. Le jardin était à l’origine sur deux niveaux : le plus haut, avec deux galeries principales en forme de croix et quatre autres périphériques,  correspondait au niveau du patio actuel, et un autre niveau, 4,7 mètres sous le précédant, était occupé par une orangeraie divisée en quatre partie, au centre de laquelle se trouvait une grande fontaine, et aux extrémités des bassins. Le jardin inférieur fut enfoui suite au tremblement de terre, formant l’actuel patio rectangulaire. Des vestiges visibles de ce niveau inférieur peuvent être observés depuis le Patio, et en particulier les Bains de Doña María (Baños de Doña María) auxquels on accède par le jardin de la danse. Ce sous-sol est formé par une grande nef de dix voûtes croisées.

La Chapelle

Dans la Chapelle, le retable de la Virgen de la Antigua, réalisée au XVIIème siècle par Diego de Castillejo est une copie anonyme de celle de la Cathédrale de Séville. Les soubassements d’azulejos sont une œuvre de Cristobal de Augusta.

La Salle Gothique (des Voûtes, ou des Fêtes)

Elle était appelée Salle des Fêtes au XVIème siècle, car on y célébrait des banquets (mariage royale du roi Carlos I). Elle fut remodelée sous Philippe II pour s’adapter aux goûts de l’époque, en l’occurrence dans un style renaissance pour lequel les murs se couvrirent de soubassements hauts d’azulejos, dont les plus remarquables ont étés réalisés par le céramiste Cristobal de Augusta (Cf la Chappelle) entre 1577 et 1583. L’œuvre rend hommage à Charles Quint, les effigies du chevalier et de la dame représentant l’empereur et son épouse.

La Salle des Tapisseries

Située face au Patio del Crucero, cette salle aussi fut reconstruite après le tremblement de terre de Lisbonne. On y trouve un salon décoré par de grandes tapisseries qui représentent la conquête de Tunis en 1535 par l’empereur Charles Quint. Les tapisseries d’origine flamande furent tissées par Francisco et Cornelio Van der Gotte.

Les tapisseries originales, appartenant au Patrimoine National Espagnol, font partie de la collection du Palais Royal de Madrid. Elles ont été restaurées en 2000. Les originales sont d’origine Bruxelloise. Leur exécution fut le fait de la régente María de Hongrie, sœur de l’Empereur. Les dessins sont de Pieter Coecke van Aelst et Jan Cornelisz Vermeyen, et elles furent tissées dans l’atelier de Willem de Pannemaker. La collection fut exposée à Londres en 1554 à l’occasion du mariage entre le prince héritier Philippe et la reine Maria Tudor d’Angleterre. Au XVIIIème siècle, les originales étant déjà trop abimées, le roi Philippe V ordonna les copies en soie et laine qui sont désormais exposées dans le Salon des Tapisseries du Palais Gothique de l’Alcazar sévillan depuis 1929.

 

< précédent

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 2,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *