l’Andalousie de l’époque moderne à l’époque contemporaine (5/5)

La communauté autonome d’Andalousie

La transition démocratique, grâce à la formule de la monarchie parlementaire, fut largement appuyée en Andalousie. Le 4 décembre 1977, près de 2 millions d’andalous se manifestèrent à travers tout le pays en faveur de l’autonomie politique de la région. En 1978, avec Placido Fernández Viagas en tant que leader du gouvernement autonome provisoire, une nouvelle constitution espagnole fut promulguée, dans laquelle il était question d’un état décentralisé au travers de communautés autonomes.

Le processus d’autonomisation fut l’objet en Andalousie de divergences entre l’Assemblée pré-autonome et le gouvernement national. Le pouvoir central souhaitait à l’origine céder à l’Andalousie une autonomie réduite mais la Junta obtint gain de cause grâce à l’intervention de Manuel Clavero Arévalo. Par le référendum du 28 février 1980, malgré les différentes campagnes menées par le gouvernement central pour empêcher son approbation, la majorité des andalous décidèrent que l’Andalousie devait avoir une autonomie pleine, ce qui fait d’elle l’unique communauté espagnole à accéder à l’autonomie via ce procédé. Finalement, c’est en 1981 que fut approuvé le statut de «Autonomía de Andalucía», aussi appelé « statut de Carmona» par lequel la région elle se constitue en communauté autonome sous la protection des dispositions de l’article second de la Constitution espagnole de 1978, qui reconnait et garanti le droit à l’autonomie aux nationalités et régions espagnoles.

Siège de la Junte d’Andalousie – Palais de San Telmo, Séville

Après l’entrée de l’Espagne dans la CEE, puis dans l’Union Européenne, l’Andalousie entre dans une lente phase récupération, bénéficiant largement du Fond Européen de Développement Régional (FEDER) et du Plan d’Emploi Rural (PER). En 1992 a été inaugurée la ligne de train à haute vitesse entre Séville et Madrid, la motivation étant alors l’Exposition Universelle de Séville qui marqua le début d’une sérieuse amélioration des réseaux de communication. De la même manière, le tourisme a bénéficié d’une impulsion favorable, surtout aux environs de la Costa del Sol, où d’importants évènements d’envergure internationale ont été célébrés (Expo 92, Jeux Méditerranéens d’Almeria)

En dépit de l’amélioration du contexte économique, le PIB plafonne sous la moyenne espagnole et européenne, encore loin du 17% du PIB espagnol qui correspondrait à sa population. De plus, l’économie andalouse est peu diversifiée, et fait état de nombreux cas de corruption politique et urbanistique (cas de Malaya, Astapa).

En 2007, une réforme du statut d’Autonomie d’Andalousie redéfini la communauté comme une réalité nationale, ouvrant ainsi la voie à de meilleures cotes d’autonomie qui sont à concrétiser dans les années à venir.

< page précédente

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 3,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *