L’ Alhambra : Palais, Tours et édifices (4/7)

(le Palais des Lions de l’Alhambra, suite)

La Salle des Rois (Sala de los Reyes)

Nommée ainsi en raison de la peinture qui occupe la voûte de l’espace central, elle occupe toute la partie orientale du patio. C’est la plus grande zone du Harén (l’espace privé) et servait probablement aux fêtes familiales. Elle est divisée en trois chambres égales et deux plus petites qui pouvaient être des armoires en raison de leur emplacement et du manque d’illumination. Sur la voûte au centre, les peintures représentent les dix premiers rois de Grenade depuis la fondation du royaume, dont l’un d’entre avec une barbe rouge est peut-être Mohamed ben Nazar, ou Al-Hamar le rouge, fondateur de la dynastie nasride. Les voûtes latérales abritent des peintures de la fin du XIVème siècle qui représentent des chevaliers et des dames. Suite à un échange artistique aux temps de Pedro I de Castille qui avait demandé de l’aide au roi de Grenade pour restaurer l’Alcazar de Séville, les peintures relèvent d’une technique bien particulière et laborieuse :

  1. Des planches de bois bien rabotées forment une ellipse
  2. Du cuir mouillé s’étend sur la superficie concave, collé par de la colle et des petits clous à tête carrée couverte d’étain pour éviter l’oxydation
  3. Sur le cuir, une couche de plâtre et de colle de 2 cm d’épaisseur est foncée et peinte en rouge. Les motifs sont dessinés sur cette couche avec un poinçon

Les arcs séparant le séjour perpendiculairement affichent des intrados remplis de mocarabes, et leurs parements sont couverts de stucs sur lesquels apparaissent des symboles nasrides mais aussi chrétiens. L’apparence d’ensemble de la salle avec ses arcs décorés peut rappeler certains modèles de mosquées almohades.

La Salle des Deux Sœurs (Sala de las Dos Hermanas)

On sort de la Cour des Lions par le côté opposé à la Salle des Abencérages. Une porte en bois incrustées de motifs (taracea), une des plus belles du palais et une des mieux conservées (conservée actuellement au musée de l’Alhambra) ouvre la Salle des Deux Sœurs. Le nom vient des deux dalles de marbre blanc, exactement égales en taille, couleur et poids, qui se trouvent au sol de part et d’autre de la fontaine centrale. La salle possède un magnifique mirador, très réputé à l’époque de Charles V, le mirador de Lindaraja (ou de Daraxa) d’où l’on a une vue sur Grenade. La pièce communique aussi directement avec les bains.

mirador-daraxa-alhambra-grenade

Le mirador de Daraxa ou Lindaraja

Comme dans presque toute l’Alhambra, la salle est couverte de poèmes. Dans chaque pièce du Harén se trouvent deux petites portes : l’une donnant sur le haut Harén, la seconde sur une latrine. Il n’y avait pas de cuisines. La cuisine se faisait dehors ou des fois l’on utilisait un réchaud.

Le Mirador de Lindaraja (ou Mirador de Daraxa)

Au fond de la salle précédente illumine le balcon de Lin-dar-Aixa. Ce mirador donne sur la valle du río Darro et on le voit de loin dans Grenade. Le Jardin de Lindaraja, italien avec une fontaine renaissance et une coupole en marbre arabe fut construit suite à l’édification du Pavillon de Charles Quint qui rendait alors la vue bien moins intéressante. La décoration du mirador est de Lindaraja est particulièrement riche, et au milieu des stucs magnifiques on peut lire le poème suivant : « Je suis de ce jardin l’œil frais »(…) « En moi, il voit Grenade, depuis son trône ».

< précédent | suivant >

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (8 votes, moyenne : 4,25 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *