Les Palais et Patios de l’Alcazar de Séville (3/5)

Le Palais Mudéjar de l’Alcazar, ou Palais de Pedro I (Pierre 1er)

Il fut construit à l’initiative du roi entre 1356 et 1366. Des artisans de Tolède, Grenade et Séville collaborèrent à sa construction. Il a été transformé plus tard à l’époque des Rois Catholiques. Selon les investigations archéologiques, le Palais du Roi Pedro s’éleva à un endroit où il n’y avait aucune construction avant.

azuleros-arabe-alcazar-seville

Azuleros en partie basse des murs

Il devait servir d’édifice privé au roi, face au caractère plus protocolaire que représentait le Palais Gothique de l’Alcazar, érigé au siècle précédent par Alphonse X.  L’intérieur se structure autour de deux espaces : un premier dédié à la vie officielle qui se situe autour du Patio de la Doncellas (demoiselles), et un autre dédié à la vie privée autour du Patio de las Muñecas. En cheminant le long des galeries et des salles décorées par de beaux azulejos et en admirant de magnifiques plafonds mudéjares, on pénètre de puis le vestibule dans le Patio de las Doncellas, le patio principal, chef d’œuvre de l’art mudéjar andalou. A partir de ce patio, on trouve à droite l’alcôve royale (Alcoba Real), en face, le Salon des Ambassadeurs, et à gauche, le « Salón del Techo de Carlos V ». A l’étage supérieur se trouvent les appartements royaux, redécorés au XVIIIème siècle.  Le premier étage quant à lui intègre les chambres et patios suivants :

La façade

L’encadrement de la porte est un arc déprimé, une œuvre des maîtres tolédans ornée par de minutieuses arabesques. Sur le linteau s’étend une frange d’arcs étroits montés sur de petites colonnes et dont les espaces vides sont remplis de motifs végétales et héraldiques. Au dessus du linteau s’ouvrent les fenêtres de l’étage supérieur. Sur la façade, un grand auvent soutenu par des mocarabes dorés abrite une inscription relative à la fondation du palais en caractère gothique : « Le très grand et très noble et très puissant et très conquérant don Pedro par la grâce de Dieu roi de Castilla et de Léon,  à commander la construction des ces Alcazars et de ces Palais et de ces Façades qui furent daté de l’année mille quatre cents deux ». Cette inscription sert d’encadrement à une frise de céramique qui reprend à huit reprise la devise des nasrides : « Il n’y a pas de vainqueur sinon Allah » (Y no vencedor sino Alá).

Le Vestibule

Ce hall distribue les deux secteurs du palais, le Patio de las Doncellas à gauche et le Patio de las Muñecas à droite, auquel on accède après avoir passé un couloir étroit, et qui constituait la partie la plus réservée de l’enceinte, et qui possédait à cette fin un accès direct par l’extérieur, sans que l’on ait à traverser les parties officielles du palais.

patio-de-la-demoiselle-lalcazar-seville

Le patio de las Doncellas (Demoiselles)

Le Patio de las Doncellas

C’est un patio de forme rectangulaire qui présente une série d’arcs lobulaires montés dur des doubles colonnes de marbre au rez-de-chaussée, et à l’étage supérieur, une arcade sur de`petites colonnes ioniennes en marbre, avec une balustrade qui fut rajoutée vers 1540, sous le règne de Charles Quint.

En 1572, à l’époque du roi Philippe II, la physionomie du patio subit de profond changement, notamment par dallage et par l’ajout du fontaine en son centre. Ce n’est qu’au début du XXIème siècle que le patio retrouve la structure primitive qu’il avait du temps du roi Pedro I : on retire les carrelages du patio et on le substitue par un bassin, entouré de plates-bandes, qui le parcours dans son long.

Trois des côtés du patio donnent sur les chambres qui composent le rez-de-chaussée du palais, alors que le quatrième est adossé au palais d’Alphonse X.

L’Alcoba Real (alcôve royale)

A droite du patio se situent les Salles Royales et l’alcôve royale, connus comme étant les dortoirs des Rois Maures. La première des deux salles parallèles, la plus extérieure, est ouverte sur le patio par un arc surélevé et trois fenêtres avec jalousies. El constituait la salle royale et dispose d’une magnifique toiture dans laquelle se combinent des éléments géométriques d’entrelacs et des motifs renaissance. La salle intérieure était le dortoir d’été du roi.

< précédent | suivant >

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 3,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *