Le Flamenco et l’Andalousie

Le Flamenco est un style espagnol de musique et de danse qui trouve son origine en Andalousie au XVIIIème siècle, et qui a comme base la musique et la danse andalouse. Il existe de nombreuses controverses sur l’origine du Flamenco, bien qu’aucune des différentes opinions ne puisse être vérifiée.  Le dictionnaire de l’Académie Royale Espagnole l’associe à l’ethnie gitane, mais ce n’est pas applicable à son origine. Toutefois, personne ne doute de sa contribution aux bases du Flamenco. La thèse la plus répandue explique l’origine du Flamenco par le métissage culturel que connu l’Andalousie, entre musulmans, chrétiens, juifs, gitans etc.. Il est bien entendu que gitans, juifs, musulmans et chrétiens se trouvent en de nombreuses parties du globe, mais le Flamenco ne se trouve qu’en Andalousie. Par conséquent, le Flamenco est un patrimoine authentique et véritable de tous les andalous, sans distinction ethnique ou religieuse.

flamenco-cuevas-grenade-andalousie-espagne

Danseuse de flamenco dans une cuevas du Sacromonte à Grenade

Le chant, le « toque » (la touche) et la danse sont les principales facettes du Flamenco. Au cours des dernières décennies, la popularité du Flamenco en Amérique latine fut si importante qu’au Guatemala, au Costa Rica, à Panama et à El Salvador sont apparues diverses académies de Flamenco. Au Japon, le Flamenco est tellement populaire que l’on y compte plus d’académies qu’en Espagne. En novembre 2012, l’Unesco l’a déclaré Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité.

Distinction entre Flamenco et folklore andalou

Le genre Flamenco s’est concrétisé au cours du XIXème siècle, sur un substrat de musique et de danse traditionnelles d’Andalousie, dont les origines sont anciennes et diverses. Toutefois, le Flamenco n’est pas le folklore de l’Andalousie (composé par des danses et formes musicales telles que la séguedille, la sevillana, le fandango, les verdiales, el vito, el chacarrá, el trovo…), mais un genre artistique fondamentalement scénique.

Le Flamenco, bien qu’enraciné dans le folklore andalou, est un genre tellement stylisé et complexe que l’andalou moyen, même avec de bonnes prédispositions pour la musique, est incapable de l’interpréter correctement. De fait, de tout temps le Flamenco fut interprété par une minorité,  peu ou largement diffusé. L’apparition des chanteurs professionnels et la transformation des chants populaires par les gitans ont conduits à une transformation considérable des airs traditionnels. Il a induit une telle stylisation du peuple que celui-ci finalement lui voue quasiment un culte, tout en conservant son aspect populaire.

Ainsi le Flamenco est un des principaux attraits touristiques de l’Andalousie, autant pour ses spectacles que pour son étude, que l’on peut suivre jusqu’au doctorat!

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (15 votes, moyenne : 3,60 sur 5)
Loading...

5 réponses à “Le Flamenco et l’Andalousie”

  1. BOUSSOUF dit :

    Pour moi c’est ma meilleure thérapie qui me calme et me détend littéralement !!!!

  2. sy dit :

    Je pense que bien des choses sont encbien des choses sont encore a expliquer dans et par le flamenco .Annabella.

  3. EL TARANTO dit :

    …pour le public, c’est une musique issue de plusieurs contextes humains, comme toutes les autres « musiques »; c’est FAUX !!! en réalité , c’est un ART ESOTERIQUE QUI A POUR OBJECTIF DE COMMUNIQUER AVEC LE CRÉATEUR UNIQUE DE L’UNIVERS; où là, le temps devient IMMORTEL.En somme, il est la synthèse de toutes les sciences occultes! si vous ‘nous’ croyez pas, ça ‘nous’est complètement égal !!!
     »’ eL TARANTO  »’

  4. Silvia dit :

    a El Taranto, la force et la faiblesse de cet ART comme tant d’autres c’est que les interprétations fantaisistes comme la votre ne prennent leur source qu’en vous. Rien d’ésotérique dans cet art qui ne veut communiquer que d’humain à humain ses peines, ses souffrances, ses joies, son humour ! C’est sa force, sa sensibilité humaine créatrice …

  5. Lassen dit :

    Il paraît que l’origine du mot «Flamenco» serait arabe: «Fellah Mencoub» qui peut se traduire par : paysan dépossédé de sa terre, ou paysan itinérant (SDF).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *