l’Andalousie de l’époque moderne à l’époque contemporaine (1/5)

L’époque moderne

Le royaume de Grenade survécut jusqu’en 1492, lorsque les Rois Catholiques achevèrent la Reconquista. La conquête de Grenade en 1492 mit un terme à la domination musulmane. Depuis cette date et jusqu’à l’ancien régime, ce furent les royaumes de Jaén, Cordoue, Séville et Grenade qui constituaient l’actuelle Andalousie, tous intégrés à la Couronne de Castille et fréquemment dénommés les « quatre royaumes d’Andalousie ».

les caravelles colombiennes au départ du port de Palos (Huelva) en 1492

Le 3 août 1492, c’est de Palos de la Frontera (province de Huelva) que partit la première expédition colombienne qui allait déboucher sur la découverte de l’Amérique. De nombreux andalous, principalement de Huelva (les Pinzón, les Niño…), participèrent à l’entreprise qui est généralement considérée comme marquant la fin du moyen âge et le commencement du moderne. Les marins de Huelva constituèrent un élément clé du projet colombien, forts d’une grande tradition et expérience dans la marine. Ils avaient déjà fait la preuve de ces qualités lors des navigations atlantiques et méditerranéennes et au durant les guerres contre leurs voisins portugais. Un des hauts lieu colombiens témoignant encore de cette époque est le monastère de La Rabida, à quelque kilomètre de Huelva et du Parc National de Doñana.

Les premiers contacts avec l’Amérique par les castillans et leur maintien tout au long de l’époque coloniale était réalisé presque exclusivement depuis l’Andalousie. La raison de l’importance du phénomène américain pour l’Andalousie réside dans le fait que tout le trafic avec le nouveau continent se convertit en un monopole, juridiquement castillan, mais physiquement andalou. Les andalous dans leur grande majorité était de près ou de loin des protagonistes de ces voyages, monopole de l’amiral Colomb. C’est une époque de splendeur et de grand essor pour la région, qui devient rapidement la plus riche et la plus cosmopolite d’Espagne, et une des régions les plus influentes au niveau mondial. La campagne d’expansion castillane au XVIème siècle en particulier fera rayonner l’Andalousie Occidentale, et en particulier Huelva, Séville et Cadix, en raison de leur statut de port de sortie vers l’Amérique.

Vue Séville et de son port au XVIème

Port de Séville (XVIème s) – Alonso Sanchez Coello

Le royaume de Grenade au contraire, voyait ses intérêts en Méditerranée, raison pour laquelle ses contacts avec les colonies américaines furent limités. Au XVIIème siècle, les épidémies de peste sont un désastre pour Andalousie. Il en découle une nouvelle répartition des terres par la noblesse en défaveur des paysans andalous. Un autre élément clé de cette époque dans l’actuel territoire andalou fut la Guerre des Alpujarras de 1570-1572, à l’issue de laquelle l’immense majorité de la population mauresque fut expulsée des terres sur lesquelles elle avait vécu des générations durant. Dans un premier temps ils furent réparti en Castille, plus à l’intérieur de la péninsule, mais en 1609, leur expulsion totale fut ordonnée. Nombre d’entre eux s’établirent alors dans des villes du nord de l’Afrique, comme Fez ou Tétouan, où leur descendance réside encore actuellement. La perte démographique engendrée par ces expulsions ne fut comblée qu’avec les repopulations du milieu du XVIIIème siècle.

Au début du XVIIème siècle, l’Andalousie souffre de la « décadence espagnole » croissante qui la conduit à une grave crise et à la stagnation économique. On assista de 1640 à 1655 à de nombreuses révoltes à travers toute l’Andalousie. Les abus fiscaux du comte-duc d’Olivares conduiront en 1641 le duc de Medina-Sidonia et le marquis d’Ayamonte à organiser une conspiration indépendantiste en Andalousie.

 

< page précédente | page suivante >

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne : 3,67 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *